04 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Charlotte Fien

cette vidéo est réconfortante, mais le choix des argument qui y est fait est aussi un peu inquiétant « ma vie est super » (si elle n’était super alors on pourrait la tuer ?) « je suis autonome, je vais travailler » (donc si elle n’était pas autonome, si elle continue de vivre avec ses parents, si elle ne se mets pas au service d’un patron elle n’aurait pas été respectable ? et on aurait pu la tuer ? il y a des implications typiques de notre époque ultra-normative (notre époque n’a jamais été aussi normative, vous n’aviez pas remarqué ?!), qui ne laissent pas que d’inquiéter.

et la dignité humaine, base de la morale (et de l’antiracisme) on en fait quoi ?

Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné réagit à la dernière Une de Charlie Hebdo.

Au lendemain de la Une de Charlie Hebdo, présentant Mme Nadine Morano comme « la fille trisomique cachée de De Gaulle », la première chose qui frappe est l’enfant trisomique transformé en arme de haine. Le ressort de cette caricature n’est pas d’émouvoir, il est de susciter la détestation. Le vecteur du rejet, c’est l’enfant trisomique. Présenter quelqu’un sous les traits de la trisomie est une assurance de provoquer la répulsion.

(imaginez : si au lieu d’utiliser la figure du trisomique, ils avaient utilisé celle d’un juif ! quelle levée de bouclier c’aurait été ! mais tiens faire ça aux trisomiques on a le droit ! conclusion ……
aucun progrès dans la conscience morale depuis 1939 en fait !
simplement il y a maintenant un puissant lobby juif, mais pas de puissant lobby des trisomiques ! par contre il y a un puissant lobby des entreprises qui se font de la tune avec les tests de dépistage…. Comme vous voyez il faut toujours en revenir à l’analyse marxiste, elle est incontournable l’analyse marxiste)

D’ailleurs, Charlie Hebdo a plusieurs fois utilisé ce moyen. Pour illustrer le fait que l’Église était contre le dépistage de la trisomie, un enfant trisomique avait été mis en scène à côté de Mgr Vingt-Trois. Le journal faisait dire à ce dernier : « On veut nous priver de notre principale clientèle ». L’hebdomadaire avait aussi publié une caricature de Villiers, Séguin et Pasqua avec cette légende : « Le drame caché de De Gaulle, il avait trois mongoliens ».

Cette tradition s’explique par le fait qu’historiquement, l’enfant trisomique a été désigné comme un « monstre ». L’étymologie renvoie à celui qu’on « montre » du doigt parce qu’il s’éloigne de la norme. C’est l’être dont il faut s’écarter. Le monde contemporain a largement amplifié ce phénomène. Plus que jamais, la trisomie représente la monstruosité absolue. Ainsi, la société française a décrété que les trisomiques étaient si monstrueux qu’ils ne devait plus naître, (tiens ça rappelle une autre société à une autre époque) grâce à la mise en œuvre d’une politique eugéniste systématique, soutenue à grands frais par l’État.

Les personnes trisomiques forment la première population éradiquée sur le critère de son génome, sous pavillon de complaisance médicale. (tiens ça rappelle des souvenirs historiques ça …) C’est nouveau dans l’Histoire. Être diagnostiqué trisomique aujourd’hui, c’est être condamné à mort dans 96 % des cas. (ça vous rappelle rien ? dans l’histoire du XXè siècle ?) Dans notre pays, on peut être vivant physiquement et mort socialement. La caricature de Charlie visait à abattre Mme Morano socialement. Mais les trisomiques, eux, c’est socialement et physiquement qu’ils encourent la peine de mort.

La seconde observation porte sur le soutien explicite à ce racisme chromosomique qui est la colonne vertébrale de l’idéologie transhumaniste. Encore, il faut revenir à l’Histoire. Les trisomiques sont justement discriminés sur la base d’un vieux préjugé raciste. On a longtemps considéré qu’ils étaient le fruit d’une dégénérescence de la race blanche vers la race jaune, d’où le nom de « mongoliens » qui leur était donné autrefois.

C’est le Pr Jérôme Lejeune qui, en découvrant l’origine de cette pathologie, nous a débarrassés de cette vieille théorie. Il a sorti les trisomiques de la disgrâce, les a mis à la lumière et a exonéré leurs parents de toute responsabilité. Mais avec le transhumanisme qui mêle technolâtrie, intérêts financiers et néodarwinisme pour promouvoir l’homme augmenté, l’homme diminué ne mérite plus de vivre. Ses parents sont même redevenus coupables de lui avoir donné le jour. Traquer les imparfaits de manière de plus en plus sophistiquée rapporte gros. Tout ceci ne fait plus débat sur le plan politique ni médiatique, comme en témoigne la Une de Charlie Hebdo qui n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Enfin, on assiste à un phénomène nouveau qui est celui du dommage sans excuse, du préjudice sans réparation, de l’offense sans pardon. (c’est à dire exactement l’inverse des de la morale chrétienne, je rappelle) De nombreux appels ont été adressés à la Fondation pour savoir si nous allions saisir la justice après cette insulte aux enfants trisomiques et à leurs familles.

En attendant, l’excellence dans l’accueil, les soins et la recherche en faveur des enfants trisomiques est une manière privilégiée de lutter contre ce signe des temps effroyable qu’est le droit au blasphème envers les petits.

Jean-Marie Le Méné

 

décidément il est loin le temps où Brassens pouvait chanter « non les braves gens n’aiment pas que / L’on suive une autre route qu’eux » et féliciter ceux qui font un sourire aux prisonniers emmenés par les gendarmes ! Maintenant si vous êtes différent de la norme sociale édictée, vous êtes foutus; la mort ou la prison et le tout sous le mépris et la criminalisation.
Vous vous souvenez peut-être du message émouvant de Charlotte Fien, cette jeune femme trisomique qui a courageusement répondu à M. Ben Achour, un expert du Comité des droits de l’homme des Nations unies qui recommandait que tout soit fait pour éviter la naissance des personnes telles que Charlotte. Se permettant de juger la valeur de la vie des autres, il voulait faire de l’eugénisme un « droit de l’homme » au nom même du droit à la vie.

(ça fait penser à la NOVLANGUE, vous savez qui disait « la paix c’est la guerre »   http://fdata.over-blog.com/pics/smiles/icon_lol.gif c’est comme si les nazis avaient dit le « génocide c’est un droit de l’homme »)
Il avait fait cette déclaration alors que ce Comité d’experts travaillait à la rédaction d’une nouvelle interprétation officielle du droit à la vie en droit international. L’ECLJ avait soumis une contribution écrite à ces travaux.

Le message de Charlotte Fien a ému des milliers de personnes dans le monde, conduisant Monsieur Ben Achour à répondre. Dans un texte publié sur son blog, il confirme son engagement en faveur d’un droit à la suppression prénatale des « enfants à naître » handicapés, tout en se déclarant contre l’eugénisme, sans y voir de contradiction, et regrette que ses propos aient provoqué une polémique.

(schizophrénie quand tu nous tiens !  c’est purement verbal, il ne peut pas se prononcer pour l’eugénisme et se déclare RITUELLEMENT contre mais il tiens des propos est des principes eugénistes (sans le mot, c’est pas un problème ! dans ce monde de censure novlangue, seuls les termes comptent, alors, il ne porte pas un bonnet blanc, quelle horreur c’est « caca » donc il condamne, mais il est fier d’arborer un blanc bonnet, il veut même le rendre obligatoire, voilà !  http://fdata.over-blog.com/pics/smiles/icon_lol.gif)

Se présentant en « défenseur des droits de l’Homme » contre les « partisans extrémistes des droits de dieu », alors qu’il n’y a pas plus existentiel, subjectif et individuel que le droit à exister et à refuser la mort, même que logiquement les athées doivent être beaucoup plus opposés à l’avortement et tout ça que les croyants, puisque pour eux la mort est l’horreur absolue, qui ne peut que susciter l’abomination et le refus systématique, quand on est athée on ne peut qu’ête farouchement cotre la mort et donc farouchement contre l’euthanasie!  alors que si on croit en dieu et en la vie éternelle ça devient tout de suite moins grave) il estime que les personnes attachées au respect de la vie de tout être humain, quel que soit son état de santé, sont « hostiles, dans leur principe même, aux droits de l’Homme » (àh oui ? allez dire ça à Jean Rostand, grand athée si l’en fut : http://miiraslimake.hautetfort.com/archive/2018/04/02/interview-de-jean-rostand-par-gilbert-ganne-en-1964-5998132.html ) ; que « [l]eur attitude remet en cause l’intérêt du dépistage et du diagnostic prénatal de certaines maladies et malformations. Elle est tout simplement à contre courant du progrès scientifique. » ben oui relisez zygmunt Bauman « Modernité et Holocauste », Hitler justement était très fort pour le progrès scientifique ! prométhéen organisé amoral et impavide, ce que Zygmunt Bauman appelle « l’esprit de la modernité » Par contre l’archevêque van Galen était tenant d’une idéologie traditionnaliste et non scientifique; réfléchissez ! Enfin, réagissant à notre article dénonçant « le retour de la culture de mort », il n’a d’autre réponse que de dire qu’ils « ne savent pas ce qu’ils disent. »

Nous devons répondre à son message, car c’est bien de la « culture de mort » dont il s’agit : cette même culture matérialiste et eugéniste qui a été rejetée en 1948 –après les crimes nazis– par les rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme lorsqu’ils ont proclamé la dignité inhérente de toute personne, quels que soient sa race et son état de santé. À aucun moment ils n’ont déclaré que la vie humaine et la dignité ne débuteraient qu’à la naissance ! Au contraire, alors qu’un expert proposait d’inclure des exceptions au droit à la vie afin de permettre la « prévention de la naissance d’enfants handicapés mentalement » et d’enfants « nés de parents souffrant de maladie mentale », les rédacteurs s’y opposèrent, l’un d’entre eux objectant la similitude de cette proposition avec la législation nazie*.

La position de M. Ben Achour et de quelques autres membres du Comité est encore plus extrême : ils ne veulent pas seulement laisser aux États la possibilité de légaliser l’eugénisme prénatal, mais les y contraindre par une nouvelle obligation de droit international.

bref la dictature totalitaire mondiale ! certains appellent ça le NWO ou le Libéral-fascisme.

Finalement, si cette position prévaut, les pays qui, comme la Pologne, ont entrepris de combattre l’eugénisme et s’engagent en faveur de l’accueil généreux des personnes handicapées seront condamnés.

Pour l’ECLJ, le véritable progrès des droits de l’homme ne consiste pas en la systématisation de l’élimination des plus faibles, mais en l’amélioration de leur accueil par la société, se souvenant que notre humanité n’est pas réductible à notre état de santé. Nous attendons avec impatience le jour où ce même Comité des droits de l’homme s’engagera en ce sens. D’ores et déjà, nous avons la satisfaction de voir qu’un autre comité de l’ONU, le Comité des droits des personnes handicapées, affirme que « [l]es lois qui autorisent explicitement l’avortement en raison d’un handicap violent la Convention des droits des personnes handicapées. » et qu’elles perpétuent « le préjugé selon lequel le handicap serait incompatible avec une vie heureuse ».

 

Les travaux du Comité des droits de l’homme sur l’interprétation du droit à la vie vont reprendre ce mercredi 28 mars à 10 heures. Ils peuvent être suivis sur la web-tv de l’ONU.

http://www.alterinfo.net/Ils-ont-le-vice-de-la-mort_a72474.html

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada