08 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

Vous connaissez Claire Séverac ?

 et pour commencer :

http://yournewswire.com/holistic-author-death-research/

encore une ! comme par hasard.

La curiosité a tué le chat.

Oui , vous connaissez Claire Séverac ? une vraie héroïne de la vérité et de l’interêt public, elle a depuis 2011 publié plusieurs livres sur les scandales liés à notre santé. Son dernier s’appelle « La guerre secrète contre les peuples » et a comme sous-titre « ne leur pardonnez pas, ils savent ce qu’ils font » et comme introduction une citation d’André Gide : « Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être ! que par des insoumis »

chaque page de ce livre c’est de la dynamite ! vers le   début  il  y  a   ce   témoignage, rien de tel que les témoignages ! (c’est comme pour le livre de Danielle Bleitrach « URSS vingt ans après), lettre qu’a reçu Clifford Carnicom « Je suis un mécanicien d’aviation, travaillant pour une ligne aérienne importante. Je travaille dans une base d’entretien située dans un grand aéroport et le hasard a voulu que je découvre ce qui ne m’était visiblement pas destiné.

Avant toute chose, il me faut vous expliquer en deux mots comment fonctionne la hiérarchie dans le monde des mécaniciens en aéronaval. C’est important pour la compréhension de mon histoire et pour la cause à laquelle vous consacrez une grande partie de vos énergies.
Les mécaniciens veulent travailler dans trois domaines : l’avionique, les moteurs et les commandes de vol. Les mécaniciens qui travaillent sur ces systèmes sont considérés comme ayant atteints les plus hauts degrés de l’échelle hiérarchique. Viennent ensuite les mécaniciens qui travaillent sur les systèmes hydrauliques et les appareils de climatisation.
Les suivants sont ceux qui sont attachés aux systèmes subalternes.
Enfin, tout en bas de cette échelle, se trouvent les mécaniciens qui travaillent sur les systèmes de vidange des eaux usées. Aucun mécanicien ne veux travailler aux pompes, réservoirs et tuyauteries qui servent à emmagasiner les déchets des toilettes.
Toutefois, dans chaque aéroport ou j’ai travaillé, il y’a toujours 2 ou 3 mécaniciens qui sont volontaires pour ce service, quel que soit l’aéroport. Les autres mécaniciens sont tellement heureux de les laisser faire. Personne ne prêtes vraiment attention a ces types et aucun mécanicien sérieux n’a de véritable rapport avec ces mécaniciens de seconde zone. En fait, je ne m’étais moi-même jamais vraiment penché sur cette question, jusqu’à tout dernièrement.
La plupart des compagnies aériennes ont des accords de services réciproques avec les autres compagnies qui utilisent un même aéroport. Cela signifie que si une compagnie a un problème technique, un de nos mécaniciens s’en occupera.
En contrepartie, si un de nos avions est en difficulté là où une autre compagnie aérienne possède sa base d’entretien, ils se chargeront de réparer notre avion.
Un jour du mois dernier, j’ai été appelé sur notre base pour travailler sur l’avion d’une autre compagnie. Au moment de l’appel, le contrôleur ne savait pas quel était le problème et ne pouvait me donner aucun détail. Quand je suis arrivé sur place, j’ai découvert que la panne se situait au niveau de l’emmagasinage des rebuts. Il n’y avait pas d’autres solutions : il fallait que je rampe à l’intérieur de la carlingue pour régler le problème.
En pénétrant dans le compartiment, je me suis rendu compte que quelque chose n’allait pas. L’avion possédait plus de réservoirs, de pompes et de tuyaux que la mention au cahier de charges.
Au début, j’ai supposé que le système avait été modifié. Il n’y avait plus de dix ans que je n’avais pas travaillé sur un appareil de ce type. Alors que j’essayais de trouver le problème, j’ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n’étaient pas reliés au système d’évacuation… Je venais tout juste de le découvrir quand un autre mécanicien de ma compagnie apparut subitement. C’était justement un des mécanicien travaillant habituellement sur ces systèmes. Je lui ai remis le travail avec grand plaisir.

Comme je partais, je l’ai interrogé au sujet de l’équipement supplémentaire. Il m’a dit : Occupe-toi de ton boulot et laisse-moi m’inquiéter du mien!
Le lendemain j’étais à l’ordinateur de la compagnie pour voir un plan de câblage.tandis que je me trouvais là, j’ai décidé de faire une recherche supplémentaire que j’avais trouvé dans l’avion. À ma grande surprise, les manuels ne faisaient aucunement état de l’équipement que j’avais vu la veille. J’ai cherché dans les dossiers du fabricant et je n’ai rien trouvé non plus. Ma curiosité était piquée au vif : j’étais vraiment déterminé à découvrir la nature de cet équipement-là.

La semaine suivante nous avons reçu trois de nos avions, dans le hangar principal, pour l’inspection périodique. Des mécaniciens rampent partout autour de l’avion durant ces inspections. Je venais tout juste de finir mon quart de travail et j’ai donc décidé d’aller voir le système d’évacuation sur un des appareils. Avec tous les mécaniciens autour, j’étais sûr que personne ne me remarquerait.
À ma grande surprise, l’avion que je choisis d’inspecter possédait, lui aussi, ce type d’équipement supplémentaire!
J’ai commencé à suivre le système de la tuyauterie, des pompes et des réservoirs. J’ai découvert ce qui semblait être l’unité de commande pour le système. C’était une boite de commande standard de l’avionique, mais sans la moindre inscription. Je pouvais suivre les fils, de la boîte de commande aux pompes et aux valves, mais aucun circuit de commande n’arrivait dans cette unité.
Les seuls fils qui étaient raccordés à cette unité, rejoignaient le système opérationnel des commandes de l’avion.
Le système possédait un grand réservoir et deux plus petits.
C’était difficile à voir à cause de l’exiguïté du compartiment, mais semblait que le grand réservoir aurait pu tenir 50 gallons (200 litres). Les réservoirs étaient reliés à une soupape de vidange du système des eaux usées. Ayant cherché où menait ce raccordement sous l’avion, j’ai vu qu’il était caché derrière un faux panneau, sous un autre panneau qui, lui, accédait au système du drain de vidange.
J’ai commencé à retracer la tuyauterie des pompes. Ces tuyaux mènent à un réseau de plus petits conduits qui se terminent dans les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux de l’avion.
Si vous regardez attentivement les ailes d’un grand avion vous verrez une couette de fils, environ de la taille de votre doigt, s’étendre du rebord arrière de l’aile. Ce sont des tiges de décharge statiques. Elles sont employées pour dissiper la charge d’électricité statique qui s’accumule sur un avion en vol. J’ai découvert que les conduits de ce systèmes menaient à une sur trois de ces tiges à décharge électrostatique. Par contre, ces tiges uniques avaient été trouées comme pour laisser échapper un produit quelconque à partir de ces fausses tiges à décharges électrostatique.
Cela faisait un certain temps que j’étais juché sur l’aile. Soudainement, un des superviseurs m’ordonna de quitter le hangar. Il me dit par la suite que mon quart de travail était terminé et que je n’étais pas autorisé à faire des heures supplémentaires.
Les deux journées qui suivirent furent très chargés et je ne trouvai pas une minute pour poursuivre ma petite enquête.
Alors que j’étais en retard,,deux jours après ma découverte, je fus appelé à remplacer un détecteur de température pour un moteur d’avion qui s’apprêtait à décoller. J’ai fini le travail et je suis retourné à la paperasse.

Environ 30 minutes plus tard, j’étais convoqué par le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau , le représentant de notre syndicat et deux autres personnes que je ne connaissais pas m’y attendaient. Le directeur me dit qu’un problème sérieux avait été découvert. J’étais suspendu pour faute grave. Il m’a remis une formule disciplinaire déclarant que j’avais écrit de fausses entrées dans mon rapport de travail au sujet du détecteur de température de moteur que je venais d’installer quelques heures auparavant. J’étais atterré et j’ai commencé à protester. J’ai dit que c’était ridicule et que j’avais bel et bien effectué consciencieusement ce travail. Le représentant du syndicat s’interposa. Il a recommandé que nous jetions un coup d’oeil à l’avion, de façon à tirer la situation au clair. C’est à ce moment que j’ai demandé qui étaient les deux autres hommes. Le directeur général m’a indiqué qu’ils étaient des inspecteurs de la sécurité de la compagnie aérienne, mais qu’ils n’étaient pas tenus de me donner leur nom.

Nous nous sommes donc rendu à l’avion qui aurait déjà dû décoller, mais qui était encore garé à notre rampe de maintenance. Nous avons ouvert les capots du moteur et le représentant des syndicats retira le détecteur de température. il vérifia le numéro de série et constata que c’était la vieille pièce. Nous sommes alors allés au comptoir des pièces et le représentant des syndicats a vérifié mon rapport. Sur une étagère, il a pris une boite scellée. Il l’a ouverte et a retirée un détecteur de température à moteur ayant le même numéro de série que celui que j’avais installé. Sur-le-champ, il m’a dit que j’étais suspendu pour une semaine sans salaire.
Je me suis reposé à la maison le premier jour de ma suspension en me demandant ce qui avait bien pu m’arriver.

Durant la soirée , j’ai reçu un appel téléphonique. La voix me dit : Maintenant vous savez ce qui arrive aux mécaniciens qui fourrent leur nez là ou ils n’ont rien à faire. La prochaine fois que vous vous mettrez à travailler sur des systèmes qui ne vous concernent pas, vous perdrez votre emploi! Comme je me sens généreux aujourd’hui , je crois que vous pourrez retourner à votre travail bientôt. CLICK.
J’ai aussitôt fait le rapprochement entre ce qui venait de se produire et ma découverte de la tuyauterie mystérieuse.

Le matin suivant le directeur général m’appela. Il me dit qu’à cause de l’excellence de mon dossier, la suspension avait été réduite à une journée. Je devais donc me remettre immédiatement au travail. La seule chose à laquelle je pouvais penser était : Qu’est-ce qu’ils essayent de cacher et ensuite qui sont -ILS!
Le retour au travail s’est passé comme si de rien n’était. Aucun des autres mécaniciens ne mentionna la suspension qu’on m’avait infligée. Le représentant syndical m’a d’ailleurs dit qu’il était inutile d’en parler. Mais cette nuit-là, Je surfais sur Internet pour essayer de trouver des réponses. Je ne me rappelle pas comment j’y suis arrivé, mais j’ai trouvé votre site par hasard. C’est alors que la situation est devenue de plus en plus claire. Le lendemain matin, au travail j’ai trouvé une note écrite à l’intérieur de mon casier verrouillé. Elle disait : La curiosité a tué le chat. Ne regarde pas les sites Internet qui ne te concernent pas.
Alors, voilà! Ils m’observent.
Je ne sais pas ce qu’ils sont en train de vaporiser, mais je peux vous certifier qu’ils le font. J’imagine qu’ils utilisent les camions-citernes. Ce sont les camions qui vident les déchets des réservoirs de vidanges des toilettes. Habituellement les aéroports confient à la sous-traitance ce genre de travail et personne ne va près de ces camions. Qui voudrait se tenir près d’un camion rempli de m…? Tandis que ces types vident des réservoirs des eaux usées, ils remplissent les réservoirs du système des gicleurs à vaporisation. Ils connaissent les plans de vol des avions. Ainsi, ils programment probablement l’unité de commande afin qu’elle commence à pulvériser une certaine quantité d’un produit quelconque après un certains temps, dès que l’avion a atteint une certaine altitude, ou encore au-dessus de certaines agglomérations. Le bec des gicleurs des fausses tiges électrostatiques est si petites que personne dans l’avion, ne pourrait remarquer la chose.

Je ne suis aucunement un imbécile. Je sais qu’il se passe quelque chose et je suis franchement effrayé. Je me sens très coupable de connaître l’existence de cette opération, mais je
suis tenu au silence. Cela me perturbe de savoir que la compagnie pour laquelle je travaille pourrait être en train d’empoisonner les Américains. J’espère que cette lettre ouvrira les yeux de certaines personnes sur ce qui se produit, en ce moment, dans nos cieux.

Encore une fois, je souhaiterais bien pouvoir vous donner une information documentée, mais vous comprenez pourquoi je dois conserver l’anonymat absolu. »
Merci,
un citoyen concerné.

 

Claire Séverac, a publié son dernier livre en 2015, elle donnait aussi beaucoup d’interview, visible, jusqu’à présent, sur internet. Elle était en pleine forme, cet automne elle a tout à coup senti les symptomes d’un cancer de l’estomac fulgurant, le 22 décembre son site internet a disparu et sa page  facebook s’est retrouvée fermée, par qui ? le 25 décembre elle est morte

décidément le curiosité c’est mauvais pour la santé

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada