22 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

il est difficile d’être un dieu

Ici, à part de mes deux listes de livres recommandés: http://miiraslimake.over-blog.com/article-543425.html
et http://miiraslimake.over-blog.com/article-3108400.html je vais vous présenter, (et recommander) un livre pas comme les autres.il est difficile d'être un dieu dans philosophie icon_razz

Je l’avais acheté par hasard parmi des soldes, en avril 1978 (et l’avais même lu au bureau, car on me laissait cette semaine-là sans travail) l’édition française parue en 1973:

dosdelatraductionfran-aise1973achet-eetlual-ONICen1978 dans philosophie TraductionEo1992

le dos de la traduction française  de 1973     couverture de la traduction en Espéranto de 1992

pour les autres romans des Frères strugatski en Espéranto voyez ici : http://www.ipernity.com/doc/36860/2822552?from=2822559&at=1220373104

Depuis il a été traduit en Espéranto,  -(en 1992 .. L’année où est mort Claude, l’année où j’ai rencontré Jacqueline, l’année ou est mort Aimé Michel, l’année où a été créé Via Campesina) avec une image de couverture très réussie, ce qui m’a conduit à le relire:

C’est un livre très curieux et dépaysant !

Et en même temps passionnant, plein de suspense et de rebondissements dans un décor imité du Moyen-Age de Shakespeare ou de Victor-Hugo, et en même temps qui fait réfléchir.

C’est un livre de science fiction soviétique, très populaire là-bas, ses auteurs étaient les auteurs de science fiction les plus célèbres durant du temps de l’URSS et sont restés très populaires même après.

C’est un livre original, pour nous hommes de l’  « Ouest  » de surcroît d’une époque post-communiste, car c’est un livre qui outre sa nature de cadre prétexte « science-fiction » et son aspect de roman d’aventures haut en couleurs et riches en violences, nous plonge dans le mode de pensée « marxiste-léniniste » qui y régnait.

En effet les cosmonautes du roman, sont en fait la transcription interplanétaire, de ce que furent durant trois-quart de siècle, les agitateurs, « taupes », « Résidents », et autre correspondants du Komintern dans les divers pays du monde, où ils s’efforçaient de faire avancer, en donnant le bon « coup de pouce » au bon moment, le processus matérialiste et scientifiquement incontournable de l’histoire, et dès fois s’alliant selon les circonstances, avec tel ou tel mouvement révolte ou régime existant dans le pays. Bref, essayant de se conduire comme des « Dieux ». or, on le verra ça n’est pas facile, et peut-être impossible semble dire l’auteur.

Dans ce roman, donc, évidemment la religion est vue sous le jour où on la voyait dans la théorie marxise (et comme les médias ajourd’hui lla voient à l’apoque des Ayatollahs), et on a aussi toute la théorie scientifique marxiste de l’histoire (le socialisme aussi était « scientifique » n’oublions pas) la féodalité, le fascisme qui comme chacun sait (dans les milieux marxistes du moins, dans la réalité aussi ? Peut être bien ! en partie en tous cas. Voyez le fameux Pierre Poujade et avant l’article Solidarité Française sur la wikipédia « On y constate qu’elle trouvait des adhésions dans la petite bourgeoisie et notamment celle de la boutique. ») est l’idéologie politique des boutiquiers ! Il y a aussi un profond pessimisme sur les possibilité des sociétés humaines (qui pourraient se retourner contre les soviétiques ii car les révolutionnaires qui une fois au pouvoir deviennent à leur tour des despotes sanguinaires ça me dit quelque chose, pas à vous ?)

extrait du livre:

- Roumata secoua la tête.

- Dieu vous répondrait : « Cela ne sera pas profitable aux hommes. Car les puissants de votre monde prendront aux faibles ce que je leur ai donné, et les faibles resteront misérables. »

- Je demanderais à Dieu de protéger les faibles: « Mets à la raison les chefs cruels »

- la cruauté est la force. Perdant leur cruauté, les chefs perdront leur force, et d’autres cruels les remplaceront.

Boudhak cessa de sourire.

- Punis les cruels dit-il fermement pour que les puissant perdent l’envie d’être cruels envers les faibles.

- L’homme naît faible. Il devient fort quand il n’y a personne de plus fort que lui. Quand chez les puissants, les cruels seront punis,leur place sera prise par les plus forts des faibles. Cruels aussi. »«

 

Pour prolonger la réflexion sur ces questions, je recommande deux livres, eux aussi d’aventures sombres et de réflexion « pas facile » : Vogue la galère de Marcel Aymé et Le Diable et le Bon Dieu de J-P Sartre.

 

Et comme j’ai dit c’est en même temps une romand picaresque sombre et palpitant.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada