02 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

le monde de la santé est de plus en plus inquiétant !

Image de prévisualisation YouTube

c’est pas du complotisme, c’est juste des faits. donc écoutez attentivement.

Et si l’obligation vaccinale n’était que le début?

http://hippocrate-et-pindare.fr/2017/11/03/et-si-lobligation-vaccinale-netait-que-le-debut/

Je viens de découvrir grâce à ma liste tweeter  un article de blog du BMJ ( British Medical Journal).

Cet article, écrit par une ingénieure informatique,  a pour sujet l’obligation qu’ont les femmes uruguayennes à se soumettre à une mammographie de dépistage tous les 2 ans à partir de 40 ans. (or maintenant on sait que c’est en fait dangereux!) C’est le seul pays au monde à avoir rendu obligatoire, le dépistage du cancer du sein par mammographie.

Mais cet article, dont on pourrait croire qu’il ne s’intéresse qu’au dépistage du cancer du sein par mammographie, va en fait beaucoup plus loin

J’ai décidé de mettre en lumière cet article car je pense qu’il est important que le plus grand nombre prenne connaissance de cet article. En effet, il décrit en filigrane ce qui pourrait se passer en France. L’obligation vaccinale qui vient d’être votée pourrait être la première marche vers un système de contrainte médicale beaucoup plus large.

Je croyais en écrivant un précédent article où je faisais référence à la BD SOS bonheur que « la police médicale » n’était que de la fiction. Mais je découvre avec cet article qu’un pays l’a déjà mise en pratique. Ce pays, éloigné de nous est l’ URUGUAY. C’est un petit pays mais moderne.

Le billet du BMJ est d’autant plus intéressant qu’il est accessible à ceux qui comprennent l’anglais même s’ils n’ont pas, comme moi, un très grand niveau.

Pour ceux qui ne comprennent rien en anglais, je les encourage à utiliser un outil comme Google Traduction. Cet outil n’est pas parfait mais il permettra à chacun de comprendre l’intégralité de ce texte . Il suffit juste de faire un copier coller du texte de l’article du BMJ.

Que nous apprend cet article :

 » “It’s the only country in the world with this sort of mandatory screening. »

« C’est le seul pays au monde où le dépistage du cancer du sein par mammographie est obligatoire » . Il est aussi rappelé qu’il n’y a pas de base scientifique solide pour rendre obligatoire un tel dépistage.

La suite est, de mon point de vue, encore plus intéressante.

Chaque citoyen uruguayen est tenu de posséder une carte de santé « health card » . Cette carte a été introduite en 1937 durant la dictature de l’époque. Sans cette carte la « vie sociale » est impossible.

« Health cards are mandatory for schoolchildren, teenagers, university students; anyone in employment; for people applying for a driving licence; for applications to sports clubs and so on. Without a health card citizens cannot take part in these activities. If all requirements are met, the health card is issued for a period of two years. »

Les cartes de santé sont obligatoires pour les écoliers, les adolescents, les étudiants universitaires; toute personne en emploi; pour les personnes qui demandent un permis de conduire; pour l’inscription aux clubs de sport et ainsi de suite. Sans carte de santé, les citoyens ne peuvent participer à ces activités. Si toutes les conditions sont remplies, la carte de santé est délivrée pour une période de deux ans.« 

Cette carte, obligatoire impose un certain nombre d’examens :

« The tests included in the health card are: blood, urine, clinical review, vaccines control, eye and dental checkups. The blood test is intended to detect diabetes, cholesterol and syphilis. Additional tests are required for women: for example, a cervical smear test and, for women aged 40-59, mammography. »« Les tests à réaliser pour la carte de santé sont: sang, urine, examen clinique, contrôle des vaccins, examens oculaires et dentaires. Le test sanguin est destiné à détecter le diabète, le cholestérol et la syphilis. Des tests supplémentaires sont nécessaires pour les femmes: par exemple, un frottis cervico-vaginal et, pour les femmes de 40-59 ans, la mammographie. »

L’auteur qui n’est pas médecin, raconte son parcours et le moment où elle s’est interrogée sur ces obligations en particulier sur la mammographie de dépistage. Elle a ainsi du saisir les tribunaux  pour ne pas réaliser la mammographie de dépistage. Il est intéressant de lire par soi même son « parcours du combattant ».

Nous avons donc l’exemple d’un pays avancé, où l’état impose des examens de santé dont certains n’ont aucune base scientifique solide, loin s’en faut. Si un contrôle oculaire, dentaire, certains éléments de biologie sont utiles en tant que dépistage, d’autres n’ont pas d’intérêt voir sont même délétères.

Cela pose clairement le problème de l’obligation. (et nous rappelle ne fois de plus la logique du dr Knock, sauf que là ça ne fait pas rire du tout, mais réfléchir ! relisez Marx ! ou La fontaine si vous préférez)

Quand un dispositif d’obligation pour des éléments de santé existe, ceux qui dirigent peuvent y faire rentrer ce qu’ils désirent et cela même si les bases scientifiques sont absentes.

 

Tant qu’il n’y a pas d’obligation, il y a encore une certaine « liberté » même si la recommandation peut être forte quand elle n’est pas biaisée par des incitations financières.

Ainsi en France, la CPAM par l’intermédiaire de primes ( ROSP), récompensent, par exemple les médecins qui font la promotion de la mammographie de dépistage, mais il y a bien d’autres items . Combien de patients sont-ils informés de ce dispositif? Combien de femmes sont au courant que leur médecin touche de l’argent de la CPAM pour qu’elles réalisent une mammographie de dépistage tous les 2 ans?

Un autre élément apparaît dans ce texte : les liens d’intérêt et les croyances.

En URUGUAY le président est oncologue de profession : « President Tabaré Vázquez, an oncologist by profession, instigated this » .

C’est lui qui a mis en place en 2006, l’obligation faite aux femmes de réaliser une mammographie de dépistage, soit un an après son élection. Comment ne pas voir un lien d’intérêt quand l’auteur de l’article l’évoque expressément?

Nous avons la même problématique aujourd’hui avec madame BUZYN et l’obligation vaccinale.

Je vous rappelle, pour mémoire,  que 49 sociétés savantes ont publié un manifeste en faveur de l’obligation vaccinale.

Cet article montre aussi que ceux qui décident d’une obligation ne s’embarrassent nullement des lois qui protègent les citoyens. Lois qui sont pourtant en vigueur.

« the Universal Declaration on Bioethics and Human Rights adopted unanimously and by acclamation in 2005 by the General Conference of UNESCO. It requires free and informed consent of the person concerned for any preventive, diagnostic, and therapeutic medical intervention [5]. »

« la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme adoptée à l’unanimité et par acclamation en 2005 par la Conférence générale de l’UNESCO. Elle nécessite le consentement libre et éclairé de la personne concernée pour toute intervention médicale préventive, diagnostique et thérapeutique [5].« 

La France a elle aussi signée cette déclaration.

Que dit cette déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme?

Article 6 – Consentement

1. Toute intervention médicale de caractère préventif, diagnostique ou thérapeutique ne doit être mise en œuvre qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, fondé sur des informations suffisantes. Le cas échéant, le consentement devrait être exprès et la personne concernée peut le retirer à tout moment et pour toute raison sans qu’il en résulte pour elle aucun désavantage ni préjudice.

La vaccination est un acte préventif, cet article s’applique donc. L’obligation vaccinale contrevient donc à cette loi car le consentement préalable n’est plus possible.
Article 8 – Respect de la vulnérabilité humaine et de l’intégrité personnelle

Dans l’application et l’avancement des connaissances scientifiques, de la pratique médicale et des technologies qui leur sont associées, la vulnérabilité humaine devrait être prise en compte. Les individus et les groupes particulièrement vulnérables devraient être protégés et l’intégrité personnelle des individus concernés devrait être respectée.

Les enfants ne font-ils pas parties d’un groupe particulièrement vulnérable?

Article 18 – Prise de décisions et traitement des questions de bioéthique

1. Le professionnalisme, l’honnêteté, l’intégrité et la transparence dans la prise de décisions devraient être encouragés, en particulier la déclaration de tout conflit d’intérêts et un partage approprié des connaissances. Tout devrait être fait pour utiliser les meilleures connaissances scientifiques et méthodologies disponibles en vue du traitement et de l’examen périodique des questions de bioéthique.

2. Un dialogue devrait être engagé de manière régulière entre les personnes et les professionnels concernés ainsi que la société dans son ensemble.

Ici aussi dans le cadre de l’obligation vaccinale qui a été votée, la transparence dans la prise de décisions est loin d’avoir été appliquée.

Et que penser du dialogue?

La Loi française du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé dite loi KOUCHNER consacre, par exemple un principe : le consentement libre et éclairé du patient aux actes et traitements qui lui sont proposés.

Même si cette loi est intervenu pour palier aux manques de la loi après l’arrêt PERRUCHE, l’article 34 du PLFSS 2017 qui vient d’être voté contrevient manifestement à cette loi.http://hippocrate-et-pindare.fr/2017/11/03/et-si-lobligation-vaccinale-netait-que-le-debut/

Aujourd’hui avec l’obligation vaccinale, il semble bien que certains droits des patients soient bafoués. Certains s’en sont fait l’écho durant le débat et les semaines qui ont précédé l’adoption de l’obligation vaccinale.

Enfin, une phrase dans le texte de l’article du BMJ a aussi, retenue mon attention :

 » None of the doctors that I met accepted that I had a right to refuse the test. »

« Aucun des médecins que j’ai rencontrés n’a accepté que j’avais le droit de refuser le test.« 

Les médecins ne sont pas « une barrière protectrice » pour l’intérêt des malades.

Ces derniers sont pourtant très appréciés par les patients comme une étude récente l’aurait démontré. Ces patients seraient-ils aussi satisfaits de leurs médecins s’ils pouvaient lire cet article? Seraient-ils si satisfaits s’ils apprenaient que les médecins « obéissent » même quand ils ne devraient pas le faire? Cela montre que la sacro-sainte indépendance médicale n’est aujourd’hui dans une grande majorité des cas, plus qu’un leurre.

Vous voyez donc toute l’importance de cet article et vous comprenez sans doute ma volonté de le partager.

Je suis très inquiet pour l’avenir depuis le vote de cette obligation vaccinale.

Je pense toujours à la fable de la grenouille dans la casserole d’eau froide sous laquelle il est mis le feu et qui reste dedans sans chercher à s’échapper et meure.

Je repense aussi à ce magnifique poème que j’ai déjà cité dans un précédent billet.

J’ai vraiment le sentiment que nous avançons par petit pas vers une vraie dictature médicale.

Le mépris, la surdité des autorités face à la demande d’un débat, la contradiction entre cette obligation vaccinale et certaines lois qui protègent  les droits de l’homme et des patients doit interroger.

Qui plus est cette obligation a été votée dans l’indifférence générale de la majorité de mes confrères quand ils ne la soutiennent pas.

PS : Le monde de la santé est de plus en plus inquiétant. Pour vous en convaincre, lisez cet article :

https://theconversation.com/apres-les-paradis-fiscaux-les-paradis-des-essais-cliniques-86375?

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada