17 avril 2018 ~ 0 Commentaire

les dessous de l’informatisation

16/4/2018

voilà une info rapportée par Pierre Jovanovic qui ne me surprends pas du tout !

J’ai eu l’occasion plus d’une fois de constater et en particulier au sein de mon dernier travaii à l’Inspection Académique, que quand des technocrates cherchent à « moderniser » (en fait le vrai mobile est , bien entendu ! Logique capitaliste oblige !!! y compris au sein de l’administration, hé avec un gouvernement de droite « vendu » aux banques et aux « dettes publiques » post 1973 (.… vous m’avez compris !), il faut toujours réduire davantage les coûts de la fonction publique, pour avoir plus d’argent pour payer les INTERETS des prêts souscrits auprès de banques privées !!! le but est encore et toujours en régime capitaliste libéral-fasciste de supprimer des emplois !

Aussi dans le but de supprimer des emplois au niveau des Trésoreries Générales, ils ont lancé un programme « CHORUS » censé servir à payer toutes les factures de l’État, donc ici des frais de déplacements des enseignants du primaire en stage de formation continue, et je ne raconterai pas dans le détail toutes nos tribulations, vingt pages n’y suffiraient pas, mais ce beau projet a entraîné un retard de 9 mois dans les payement, beaucoup plus de travail en plus pour nous (leur beau rêve de réduire le travail tintin!), plus les coups de fils des gens pas payés (heureusement ce n’étaient que des frais de déplacement, quoi que ceux qui allaient à Suresnes en avaient pour plusieurs milliers d’euros, mais le programme LOUVOIS pour payer les militaires a carrément brisé des vies, des ménages, entraîné sans doute des suicides, car certains se sont retrouvé sans paye, ou alors obligés de rembourser des trop perçus erronés gigantesques, et de contracter des emprunts bancaires ! Pour survivre !! hallucinant et ignoble!!!) des montagnes d’états de frais entassés dans un coin du bureau attendant qu’on ….. aie le droit de les traiter, (et les instruction sur comment faire !!) parce qu’en plus on n’était même pas informés des causes de retard, et de ce que et jusqu’à quand il faudra attendre ! Puis un travail surmultiplié, et quand le fameux programme (acheté à une boite privée!!!) est venu il était conçu par des informaticiens d’Orléans aux yeux de qui aller en stage ça consistait à aller à l’autre bout de la France en train ou avion, passer des nuits à l’hôtel, aller manger au restaurant, alors que ce qu’on avait à payer c’étaient des déplacements au village d’à côté d’une demi-journée à chaque fois les repas offerts et payés d’avance et réservés à la cantine scolaire du village, quand on n’avait pas des stage  « itinérants » où ils allaient faire des visites au cours de la demi-journée, bref des choses impossibles à faire rentrer dans les cadres, qui ne prévoyaient rien de tout ça (la vie REELLE !), devenus rigide et NON-NEGOCIABLES, informatique quoi ! ah c’est beau l’informatique !!! ça ne simplifie pas du tout la vie mais la complique, jusqu’à le rendre carrément impossible !!! bref un infect merdier. (et les gens qui attendent après leur argent derrière) On était obligés de calculer à la main tout derrière pour entrer le résultat qu’on avait trouvé, sans pouvoir mettre la moindre explication, aucune trace, tout perdu, ce qui fait que ceux qui regarderont dans ces payement plus tard n’y comprendront rien du tout ! comme c’est des cases informatiques, aucun commentaire ni explication n’est possible, comme c’était le cas du temps où on travaillait avec des fiches cartonnées. Un total merdier.

Donc c’est sans étonnement que je lis les terribles malheurs des clients de la « Banque Laurentienne » :

LES CLIENTS DE LA BANQUE LAURENTIENNE, FOUS DE RAGE, FINISSENT PAR SE BATTRE du 16 au 20 avril 2018 : L’informatisation devait libérer l’homme… Du moins c’est ce que je croyais dans les années 80 et 90, mais là, force est de constater que l’ère numérique est en train d’asservir l’homme, témoin l’informatisation à outrance de la banque canadienne Laurentienne:

« Le virage « numérique » de la Banque Laurentienne suscite la grogne de nombreux clients forcés d’attendre plusieurs heures pour obtenir des services au comptoir de leur succursale.

La situation est telle que l’institution financière demande à des « agents de sécurité » (sic) de protéger les employés et de contrôler la colère des clients. «Les clients en viennent parfois aux coups», confie un agent posté à l’entrée d’une succursale à Montréal.

C’est qu’il faut désormais attendre jusqu’à trois heures afin de réaliser une transaction au comptoir de services. Lors du passage de TVA Nouvelles, une seule caissière était en mesure de répondre aux demandes d’une vingtaine de clients qui attendaient en file. Le virage numérique de la Banque Laurentienne suscite la grogne de nombreux clients forcés d’attendre plusieurs heures pour obtenir des services au comptoir de leur succursale. La situation est telle que l’institution financière demande à des « agents de sécurité » (sic) de protéger les employés et de contrôler la colère des clients. «Les clients en viennent parfois aux coups», confie un agent posté à l’entrée d’une succursale à Montréal.« .

Et remarquez bien, deuxième caractère répugnant particulièrement TYPIQUE du comportement des capitalistes : la seule réponse que les patrons (et responsables) de cet immonde merdier (que logiquement on devrait envoyer en prison comme les banquiers islandais) est d’engager … (non ! Pas des employés supplémentaires !!! vous n’y pensez pas!) des gorilles privés pour « contrôler » comme on dit en anglais et pas en français !! pour se rendre maître de la colère et de la rage hautement compréhensibles des malheureuses victimes !!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada