26 février 2019 ~ 0 Commentaire

résumé

Kaj nepre tempo pliiĝos ĝis jaro …. et ensuite 5, 6, ans, etc

 Kaj nepre tempo pliiĝos ĝis jaro ....  et ensuite 5, 6, ans,  etc
ECRIT ENTRE DEC 2002 ET JAN 2003 (et depuis les années se sont encore ajoutées)- Ce n’est pas grave qu’on n’ai pas eu d’enfant : ils ne font pas vivre les parents. Est-ce que je fais vivre mon père ?! Est-ce que ma mère est moins morte ? Même Poupounette.
J’aurais quand même tant aimé avoir un enfant. Mais il serait devenu un dressé-à-la-mode-de-maintenant, un loubard, ou pire : un jeune cadre dynamique, qui aurait brûlé mes affaires avec indifférence. Toi tu n’aurais pas fait ça hein Jacqueline ? Ma Jacqueline Ma vie Mon amour Mon souffle Ma chair. Jacqueline. Protèges-moi Jacqueline ! Et je ferai tout ce que je peux pour te protéger. Viens Jacqueline ! on va s’enfermer tous les deux dans ta chambre à l’étage à Saint-Pol. On chassera les gens qui se sont installés dans ta maison, on va faire remettre tous les meubles dedans, et toutes tes affaires, toutes tes affaires. Et tu me laissera te serrer dans mes bras hein ? Et tu m’enveloppera, à jamais. Viens, on dormira sous le plafond de ton père, tous les deux, et il n’y aura plus que des nuits- C’était le début du cauchemar ; et maintenant il n’aura plus de fin.
- 20/12/2002 Les dirigeants de Buffalo-Grill ont été dénoncés, par des employés licenciés, d’avoir fait servir aux gens de la viande anglaise interdite d’importation (vache folle) et ils ont été incarcérés. Bien fait ! Tous les patrons qui licencient des employés devraient connaître le même sort !
- 20/12/2002 Tiens ! parmi les personnalités du futur Conseil des Musulmans de France ils n’ont pas mis Abdel Wahab Medeb, le gars qui parle au nom de l’Islam sur France-Culture. Oui, ça se comprend, de son propre aveu il est athée ; et il est à peu près aussi musulman que le clergé catholique actuel est chrétien : c’est à dire pas du tout !- de nos jours on ne dit plus « caresses », on dit « attouchements » !
on ne dit plus flirter, on dit « harceler sexuellement » !
on ne dit plus « bavarder sur le palier » on dit « commettre une incivilité » ! on ne dit plus « Boire un petit coup c’est agréable ! » on dit « se droguer à l’alcool » on ne dit plus « chauffard », on dit « criminel », on ne dit plus « aimer » , on dit « subir une dépendance », on ne dit plus « accueillir un enfant » on dit « être un malade irresponsable qui n’a pas planifié ses naissances » ! on ne dit plus « le chant du coq » on dit « trouble de l’ordre public » on ne dit plus « l’odeur des feuilles mortes qu’on brûle », on dit « pollution ménagère » on ne dit « apprendre », on dit « se soumettre à l’obligation scolaire ».

- Un autre pan de la civilisation occidentale et un autre mode de partage et de sociabilité qu’apparemment on a tué, ce sont les jeux de cartes, et les jeux de société de manière générale. Encore une richesse qui disparaît.

- 8/1/2003 ça ne pèse pas lourd les gens, les gens on les pousse avec des bulldozers pour débarrasser comme les ordures dans une décharge, et ça débloque ! Terminé. On ne se souviens même plus que ça s’est terminé. Fin ! on continue le déblayage.
dans la joie et l’efficacité.

- Je ne peux plus partir en vacances : quand je rentrerais chez moi je ne trouverais plus mon frigidaire plein de nourritures et un petit mot gentil de Jaqueline sur la table……

- Je ne peux plus jamais faire de promenades dans la campagne, puisque Jacqueline ne serait pas avec moi.

- Ce n’est que quand on pleure qu’on est un être humain. Quand on ne pleure plus on n’est plus rien. Et il n’y a plus rien.

- Un mot prononcé au XVIème siècle, mais qui devient de plus en plus d’actualité : « Une personnalité congolaise à qui l’on décrivait la législation portugaise demanda ironiquement à son interlocuteur : « Et comment punit-on, au Portugal, celui qui pose les pieds par terre ? »

- En 1893 Eugène Debs a écrit : « Si les travailleurs ont appris une leçon digne d’être retenue, c’est que la classe capitaliste les enserre, comme une pieuvre, dans ses tentacules et les entraîne dans les profondeurs abyssales de l’avilissement. » Ca n’a jamais été si vrai que maintenant.

- « l’ennemi capital reste l’appareil administratif, policier, militaire ; non pas celui d’en face, mais celui qui se dit notre défenseur et fait de nous ses esclaves. » (Simone Weil)

- De nos jours on somme les immigrés de « s’intégrer ». A tort ou à raison ? Hm ! Si c’est avec raison en tout cas c’est également avec raison que les indiens du Maryland, en 1635, répondirent au gouverneur anglais qui avait exigé que, au cas où l’un d’entre eux assassinerait un anglais, le coupable lui fût livré afin d’en répondre devant les lois anglaises :
« c’est la coutume chez nous, les Indiens, lorsqu’un accident pareil se produit, de nous efforcer de racheter la vie d’un homme aussi vil en offrant cent brassées de perles. Aussi, puisque vous êtes étrangers ici et que vous êtes venus dans notre pays, vous devriez vous conformer à nos coutumes plutôt que de nous imposer les vôtres. »

- C’est beau un coq. Le chant du coq est beau, cosmique, humain, c’est quelque chose d’admirable, ce n’est pas pour rien que Lurçat a mit des coqs dans ses tapisseries. Il devrait être interdit d’interdire le chant des coqs. Quand un pays se met à interdire les coqs, il y a en lui quelque chose de pourri.

- On peut pester contre les gens alors qu’ils existent, mais quand ce n’est plus le cas (……) c’est comme si le soleil s’était éteint à tout jamais.

- 15/1/2003 Entendu « Un adolescent d’autrefois » (d’après le roman de F. Mauriac)
Mon Dieu Mon Dieu ! ma vie est plus ravagée que celles de ces personnages, et plus bouchée.
Et je connais la réponse à « Mais qu’est-ce qui est vrai ?! » : – Rien. La mort. Le néant et l’oubli.

- Les chiens ont plus le sens des valeurs que les humains.

- 20/1/2003 je ne suis qu’un morceau de viande, prêt à basculer dans le grand charnier, comme Jacqueline.

- L’âme on oublie qu’elle a existé, le corps on le fout dans une urne, et bon débarras, l’argent par contre on veille à ce qu’il ne s’en perde pas, c’est important.

- jan 2003 Mon Dieu quel malheur de devoir se lever, de devoir se réveiller.

- A partir du moment où il n’y a plus de larmes il n’y a plus que de l’impureté, Ringelnatz a raison.

- « Dans ce monde politiquement correct, l’humaniste se sent à l’étroit, voire de trop. » (Pr Antoine COURBAN)

- « Be quiet, because we’re going to be here buried in this tomb for a long, long time together, so hug me. » (Juan Ruflo)

- « J’avais envie et peur à la fois de regarder ce visage qui m’avais apporté tant d’amour et de bonheur. Elle avait tellement changé que je ne la reconnaissais plus très bien.  » ( Niu-Niu/ « Pas de Larmes pour Mao » )

28/5/2005 Je n’ai pas de maman, c’est ça qui me mine. Il n’y a personne dans ma maison. Il n’y a pas de Jacqueline non plus. Il n’y a même pas d’Eliott.
Comment voulez-vous être en état d’apprécier, de ressentir Rachmaninov quand on n’a pas de maison, de foyer, ni de Jacqueline.
Rien n’a la moindre épaisseur. Il n’y a plus de messes ni d ‘églises, ni d ‘élections, ni d’arbres plein d’oiseaux, ni de nuits noires, ni de maisons, le monde ressemble à la France de Sarkozy
Comment voulez-vous apprécier Scarlatti si on n’a pas d’enfant, ou n’est pas enfant soi-même. Il ne reste que mort, dullness kaj senselessness.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada