18 août 2019 ~ 0 Commentaire

Tu vois que j’avais raison

quand je parlais dans plusieurs de mes billets de la montée du « racisme de classe ».

et dans la foulée de la mise à mort des « bouches inutiles », genre aktion T4, sous la forme de l’assassinat acharné de Vincent Lambert et de Tafida Raqeeb.

Dans la foulée de la grande campagne médiatique (souvenez-vous à quels milliardaires ils appartiennent) pour démépriser les gilets jaunes.

François Asselineau, le seul humaniste et le seul républicain qui reste dans le monde politique actuel, LE VRAI PARTI d’OPPOSITION, analyse tout ça très bien, et connecte ce qui doit être connecté pour comprendre les tenants et aboutissants de ces idéologies de classe :

« Chirurgien-urologue, transhumaniste convaincu, essayiste et entrepreneur français, cofondateur avec Claude Malhuret du site web Doctissimo (qu’il a revendu 139 millions d’euros, dont la moitié pour lui), Laurent Alexandre est un influent soutien de Macron et un proche de Jacques Attali et d’Alain Madelin.
Membre du Siècle, chroniqueur au Monde, à l’Express et au Huffington Post, il possède 28% du journal la Tribune.
(Source :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Alexandre )
Les Gilets jaunes, des « êtres inutiles » destinés à être de plus en plus pauvres et dirigés par une élite de « Dieux »…
Lors d’une conférence en janvier 2019 devant les élèves de l’école Polytechnique, cet homme, influent dans les allées du pouvoir et dans les médias, a carrément affirmé que LES GILETS JAUNES sont des « INUTILES », des êtres intellectuellement inférieurs, incapables de comprendre les enjeux du monde actuel.
Avec un ton de prédicateur d’Apocalypse, il a affirmé en même temps que les élèves des grandes écoles – dont les jeunes Polytechniciens venus l’écouter – sont des « DIEUX », qui ont vocation à diriger les masses et à les guider vers la rationalité du XXIe siècle.
Il a également annoncé que les Gilets Jaunes verraient leur niveau de vie continuer à baisser année après année tandis que les élites » de ce « nouveau monde » allaient gagner des rémunérations de plus en plus colossales.
-Source : https://www.youtube.com/watch?v=kyLysKUMyyU )
Un homme d’affaires sulfureux,
dénoncé par des dizaines de chercheurs et de généticiens.

Ce soutien de Macron, ami d’Attali et de Madelin, n’en est pas à son coup d’essai.
Dans un article publié dans l’Express le 26 avril 2018 -publié avant le début du mouvement des Gilets Jaunes -, il avait déjà interprété les inégalités sociales comme dues en grande partie à des inégalités génétiques de naissance, en affirmant que « l’ADN détermine plus de 50 % de notre intelligence » et qu’ »à l’âge de 50 ans, notre ADN expliquerait 81 % de nos capacités intellectuelles ».
De façon très sournoise et vicieuse, ces affirmations lui permettent – tout en prétendant bien sûr vouloir lutter contre, en « dynamitant le déterminisme génétique » – d’accréditer peu à peu l’idée qu’il y aurait en quelque sorte des sous-hommes, voués à devenir de plus en plus inutiles dans la société de demain. Sauf à avoir recours à des thérapies génétiques. Et il en a profité pour légitimer l’action du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.
(source :  https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/determinisme-pourquoi-bourdieu-avait-tort_2002043.html )
Ses thèses, et cet article de 2018 en particulier, ont été dénoncés par plusieurs dizaines de scientifiques, qui ont pointé notamment sa mauvaise compréhension du concept d’héritabilité.
Dans une tribune parue dans Le Monde et intitulée « Halte aux fake news génétiques », un collectif d’une vingtaine de chercheurs (dont Jacques Testart, père du bébé éprouvette) a dénoncé Laurent Alexandre, sans le citer directement, et les arguments qu’il propage. Ce collectif a manifesté son inquiétude du « retour d’un discours pseudo-scientifique sujet à toutes sortes d’instrumentalisations ».
Le généticien Axel Kahn s’est également insurgé contre les propos de Laurent Alexandre, en s’indignant que celui-ci « s’est fait le continuateur enthousiaste de la vielle droite anglo-saxonne eugéniste, inégalitariste, à l’occasion raciste. Il vient d’asséner froidement que les riches étant génétiquement plus intelligents que les membres des basses classes sociales, il faut admettre la faible utilité des approches sociales ».
Et Axel Kahn a démonté la vision de Laurent Alexandre, en se fondant sur des arguments scientifiques.
(Source :  https://axelkahn.fr/genes-et-intelligence/ )
L’eugénisme des États-Unis et de l’Allemagne nazie
des années 1920-1940

Les thèses et la vision du monde de Laurent Alexandre font froid dans le dos car, comme l’a rappelé Axel Kahn, elles font craindre un grand retour des thèses eugénistes, qui furent développées aux États-Unis et dans l’Allemagne nazie des années 1920-1940.
Avant même l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, une majorité de scientifiques et une large partie de la classe politique allemande étaient favorables à l’eugénisme. Le concept pseudo-scientifique d’hygiène raciale avait été inventé bien avant le nazisme.
Hitler s’est notamment inspiré du courant eugéniste américain illustré entre autres par Madison Grant. Hitler considérait ainsi en 1924 à propos des États-Unis qu’« il y a aujourd’hui un pays où l’on peut voir les débuts d’une meilleure conception de la citoyenneté ».
La politique eugéniste propre à l’Allemagne nazie s’insérait dans un programme plus vaste que l’on peut qualifier d’«eugénico-raciste » et dont les objectifs essentiels étaient :
– d’une part un « eugénisme positif », dit d’ »amélioration de la race », destiné à favoriser la fécondité des humains considérés comme supérieurs (politique nataliste, soutien familial, pouponnières, lebensborn…) ;
– d’autre part un « eugénisme négatif », dit de « défense raciale », destiné d’abord (dès 1933) à éliminer des maladies héréditaires, puis tout groupe humain considéré comme racialement inférieur ou « impur », ou encore socialement indésirable.
(Source :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugénisme_sous_le_régime_nazi )
Conclusion :
un nouvel indice inquiétant de la dérive
anti-démocratique et fascisante du régime de Macron

Souvent qualifié de « provocateur » et « excessif », Laurent Alexandre n’en est pas moins un ardent soutien de Macron et de Blanquer, un ami d’Attali et de Madelin, un personnage qui dispose d’une influence certaine dans les sphères politique, éducative et médiatique du pays.
Or, que cela plaise ou pas, force est de constater que les propos de Laurent Alexandre sont désormais très voisins de la vision criminelle de l’humanité des eugénistes des années 1920-1940.
Il suffit de considérer qu’il ne fait que remplacer le concept de « race » par celui « d’intelligence », et qu’il adopte des formulations moins explicites et plus prudentes que l’Allemagne nazie. Mais le fond cynique, inhumain, dépourvu de toute vision transcendante de l’Homme, est affreusement le même.
Plus grave encore, le cas de Laurent Alexandre n’est pas un cas isolé. Son discours qui suinte le mépris de classe, et le mépris tout court, – sous un vernis de paternalisme qui ne trompe que ceux qui le veulent bien -, se développe de façon inquiétante chez les européistes et les suppôts de Macron.
C’est un nouvel indice inquiétant – très inquiétant – de la dérive
anti-démocratique et fascisante du régime de Macron.
François Asselineau
06/08/2019

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Léna Aya Shereine |
"Des hauts et débats&q... |
Question Vacances magazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Likeadream
| Misspotin
| 972mada